Le blog

Les 6 blocages qui t’empêchent de progresser en dessin

Total
135
Partages
progresser

Ne pas réussir à progresser en dessin, c’est surtout une affaire de blocages. Chaque artiste a expérimenté cette frustration, tout simplement parce que stagner fait partie du chemin.


Ce qui est plus embêtant, c’est de ne pas savoir pourquoi on stagne. On voit bien qu’un truc cloche dans nos dessins, mais quoi concrètement ?

 

On va décortiquer ensemble les 6 raisons qui t’empêchent aujourd’hui de progresser en dessin, et comment les régler.

Blocage 1 : Tu penses qu'il te faut du talent

C’est une erreur très commune de croire qu’il nous faut une prédisposition particulière pour progresser en dessin.  On pense qu’on est juste mauvais de naissance et que d’autres ont plus de chance.


Le manque de confiance en soi nous pousse à penser que les autres ont quelque chose en plus. Après tout, à quoi bon apprendre vu qu’il est peu probable qu’on arrive à la cheville des artistes qu’on admire ?


Et c’est là qu’on a tout faux ! Croire en l’existence d’un talent inné est la plus grosse croyance limitante en dessin. Elle nous déresponsabilise, comme si on n’était plus en contrôle de notre propre réussite.  Elle bloque nos progrès et nous empêche de nous réaliser.

croquis d'oiseau avant après

Regarde de quel niveau je partais. Chaque artiste doit d’abord passer par cette phase un peu honteuse où il n’arrive pas à dessiner. C’est complètement normal. L’essentiel, c’est de savoir comment en sortir pour ne plus stagner.

💡 La solution : Reprends le contrôle

Si tu sens que tu manques d’assurance et que tu as l’impression de ne pas avoir ce qu’il faut pour être un bon dessinateur, je t’invite à lire l’article complet que j’ai dédié à ce sujet : As-tu besoin de talent pour dessiner ? C’est absolument indispensable que tu le lises pour casser cette croyance limitante.

Blocage 2 : Tu observes mal

On a tendance à dessiner ce que l’on voit sans réellement le comprendre. On se jette sur notre feuille et on dessine les contours de ce qu’on veut dessiner, sans en saisir les volumes.

🧠 Le cerveau filtre les informations

Réalisons un petit exercice pour comprendre comment mieux observer. 

 

🔹 Regarde tous les objets bleus présents dans la pièce dans laquelle tu te trouves. ⚠️ Ne lis surtout pas la suite avant de l’avoir fait sinon l’exercice n’aura plus aucun impact. 

 

🔸C’est bon, tu as tout retenu ? Parfait ! Ferme maintenant les yeux et énumère le maximum d’objets rouges présents dans la pièce. Oui, tu as bien lu. Les objets rouges. Essaye d’en lister un maximum et regarde autour de toi. Tu en as probablement loupé un tas, n’est-ce pas ?

Avec cet exercice, le but est de comprendre qu’en dressant une liste des objets bleus, notre cerveau a automatiquement filtré tout le reste. Il a concentré tout son effort de mémorisation sur les objets bleus uniquement.

 

L’observation en dessin fonctionne de la même manière. C’est comme si on s’était obstiné à ne voir que les objets bleus, alors qu’il faudrait qu’on regarde les objets rouges.


Notre cerveau n’a jamais été habitué à réellement observer pour pouvoir correctement dessiner. On l’a conditionné à regarder ce qu’on voulait voir uniquement. 

🧠 Le cerveau pense en symbole

En nous voyant galérer à savoir comment dessiner, notre cerveau va tenter de nous aider. Dans le cas d’un œil par exemple, il va se dire “Un oeil, c’est simple, ça a une forme d’amande”.

 

Et là, c’est le drame. Notre cerveau essaye d’interpréter l’élément qu’on cherche à dessiner par des symboles, pour simplifier ce qu’on voit. Les cils deviennent de simples traits et la pupille un simple rond. 

 

Seulement, ce n’est pas suffisant pour bien progresser en dessin. On ne fait là que des approximations basées sur notre mémoire. 

Progresser en dessin, passer du symbole à l'anatomie

💡 La solution : Pense en 3D

Il est fondamental de comprendre qu’avec le dessin, on essaye de créer une illusion, l’illusion de profondeur. Le but est de piéger l’œil pour représenter un élément en volume 3D (personnage, objet, décor) sur une surface en 2D.

 

Pour créer cette illusion et progresser en dessin,  il faut revoir tout son système de pensée et commencer à aborder le dessin non plus en 2D, mais en 3D. Je t’encourage à télécharger le guide ultime du débutant pour t’aider à mieux comprendre ce concept et à réussir à dessiner en volume.

Blocage 3 : Tu es perfectionniste et prêtes trop d'attention aux détails

Bien que l’on pense très souvent que le perfectionnisme est une grande qualité, elle pose vraiment problème quand il s’agit d’apprendre à dessiner. En effet, en voulant obtenir un résultat parfait, on devient contre-productif.


Il est complètement normal de vouloir obtenir un beau résultat en dessinant. On cherche à obtenir un dessin super bien fait dont on pourra être fier. Ça nous permet de nous donner une sensation de progrès.


On sent qu’on développe ses capacités, et ça fait du bien ! Malheureusement, on passe souvent des heures à peaufiner son dessin en étant super minutieux.

Valoriser le progrès en dessin

Ce dont on ne se rend pas compte, c’est qu’il s’agit là d’un frein énorme pour progresser en dessin. En passant autant de temps sur des détails insignifiants, on passe à côté de l’essentiel.


Chaque dessin qu’on réalise devrait nous apprendre quelque chose ou nous permettre d’expérimenter et d’étudier. Si on ne se focalise que sur le résultat final, on n’apprend rien !


Tout ce qu’on fait, c’est de perdre son temps. Il est très dur de se détacher de ce réflexe de vouloir s’appliquer à ce que tout soit parfait. 

 

Essaye d’observer ce comportement et de le corriger quand tu te rends compte du temps passé sur des détails insignifiants. Pose-toi la question « Est-ce que j’apprends réellement à dessiner, ou est-ce que je cherche simplement à rendre le dessin joli ? ».

💡 La solution : La méthode itérative

La méthode itérative fait des merveilles et permet à mon sens d’obtenir les résultats les plus significatifs en une courte période de temps.


Il s’agit d’une méthode qui vise à dessiner un même élément des dizaines de fois, en l’améliorant à chaque fois. L’idée, c’est de créer des variantes et d’explorer, en analysant à chaque fois ses erreurs. 

Méthode itérative

Ici, il m’a fallu dessiner 6 fois le même personnage pour obtenir un résultat satisfaisant. Si je m’étais arrêtée au premier dessin, je n’aurais pas pu analyser mes erreurs et n’aurais donc fait aucun progrès.

Le but est de se forcer à réaliser des centaines de dessins d’entraînement afin de ne pas passer des heures sur un seul et unique dessin. Prenons l’exemple d’un œil.


Au lieu de passer des heures sur un seul et même œil, on va se forcer à dessiner ce même œil des dizaines de fois. Pars du principe que ces dessins sont destinés à finir à la poubelle, tout ce qui compte, c’est l’expérience que tu auras acquise. 

Je t’invite à regarder la longue vidéo de Sycra. Tu verras à quel point il peut être simple de progresser en utilisant cette méthode.

Blocage 4 : Tu te mets des objectifs irréalistes et mets la barre trop haute

Il est commun de vouloir apprendre vite pour s’amuser à dessiner ce que l’on veut. Après tout, si on souhaite apprendre à dessiner, c’est d’abord pour se faire plaisir.  

À mes débuts, j’avais juste très envie de dessiner des dragons. Je regardais des tutos pas-à-pas mais je galérais vraiment à obtenir de beaux résultats. Et c’est bien normal. 

Je n’étais même pas capable de dessiner un cube en perspective. Comment aurais-je pu dessiner une créature aussi complexe qu’un dragon ?


Le problème en agissant ainsi, c’est qu’on finit par se décourager et abandonner. Progresser en dessin paraît impossible. C’est comme si une petite voix intérieure nous chuchotait à l’oreille qu’on est trop nul. C’est la confiance en soi et l’estime de soi qui en prend un coup.

Réaliser des dessins qui te paraissent moches ne fait pas de toi un mauvais artiste. Au contraire. Pense à la méthode itérative qu’on vient d’aborder. Rater ses dessins, ça signifie que tu es en plein apprentissage et que tu progresses. C’est une excellente chose !


Chaque dessin nous rend meilleur et on ne devrait pas attendre d’être un artiste accompli en quelques jours seulement. D’ailleurs, personne n’attend de nous qu’on soit un illustrateur alors qu’on n’a jamais dessiné.

itérations d'un même personnage

Mettre la barre trop haute et se sous-estimer est un problème commun à tous les êtres humains. Il n’est pas évident de rester entièrement positif quand on se sent stagner. 

 

Essayons de voir ça comme l’apprentissage d’une nouvelle langue. On ne peut pas espérer être bilingue en deux jours, ce serait un objectif complètement fou ! Par contre, on peut commencer à se donner des objectifs réalisables, comme réussir à apprendre un mot de vocabulaire par jour.

💡 La solution : Des objectifs clairs et atteignables

drapeau

En commençant par se fixer des objectifs réalisables, on peut clairement décupler ses progrès. Le dessin est en grande partie une question de mental et de persévérance. 

Imaginons une personne qui veut se mettre au sport. Appelons-la Alice. C’est son premier jour à la salle de sport. Quel scénario est le plus logique selon toi ?

 

👉 SCÉNARIO 1

Alice décide de s’entraîner sur la première machine qu’elle voit en mettant la charge maximale. Évidemment, elle n’arrive pas à réaliser correctement l’exercice, se décourage et se blesse. Elle se sent nulle, elle le savait de toute façon : elle n’est pas faite pour le sport. Alice rentre chez elle toute triste et n’a vraiment plus envie d’entendre parler de sport.

 

👉 SCÉNARIO 2

Alice commence par prendre rendez-vous avec un coach qui lui donne des objectifs réalisables et lui établit une stratégie pour les atteindre. Elle commence d’abord par des poids très légers, puis augmente la charge semaine après semaine. Quelques mois après, elle a triplé la charge qu’elle était capable de soulever initialement. Elle se sent forte. Après tout, elle a fait de super progrès en peu de temps. 

 

Tu as compris, le deuxième scénario est le chemin idéal pour qu’Alice puisse progresser sereinement et efficacement. Il vaut mieux se donner des objectifs peu impressionnants mais atteignables, pour ensuite monter le niveau petit à petit. 

marathon

Le dessin n’est pas un sprint mais un marathon. La plupart des personnes sont malheureusement bloquées dans le premier scénario sans s’en rendre compte. Reprends le contrôle aujourd’hui et fixe-toi tes premiers objectifs !

Blocage 5 : Tu n'es pas assez constant dans tes efforts

Les débutants en dessin stagnent à cause d’un grand manque de rigueur. L’auto-discipline est une qualité indispensable pour réellement progresser en dessin.


Il est facile d’être découragé à cause des 4 blocages que l’on a déjà énumérés : la peur du manque de talent, une difficulté à observer, la trop grande attention aux détails et les objectifs irréalistes. Ce découragement crée un manque de régularité.


On dessine par-ci par-là quand ça nous chante. C’est absolument génial de dessiner par pur plaisir, mais pour provoquer des résultats, il nous faut plus que ça.

L’analogie avec le sport est vraiment adaptée alors continuons dans cette lancée. Pour qu’un athlète progresse, il va devoir s’entraîner régulièrement et se créer une vraie routine.


Courir 10 minutes quand ça lui chante ne provoquera aucun résultat. Par contre, courir 10 minutes tous les jours sera bien plus profitable. Avant de chercher la performance physique en courant 3h d’affilée, il va d’abord chercher à tenir son rendez-vous quotidien en étant là, tous les jours. 


Appliquons ça au dessin. Il n’est pas nécessaire de réaliser des grosses sessions de dessin si elles ne sont pas régulières. Il vaut mieux privilégier la régularité qu’à la quantité. 

💡 La solution : Ne te donne plus d'excuses

sketchbook

En t’engageant à dessiner ne serait-ce que 10 minutes par jour, tu vas développer ton auto-discipline et provoquer tes premiers résultats. 

10 minutes par jour, c’est plus d’une heure par semaine et donc environ 5h par mois. L’idée n’est pas forcément d’être un gros dessinateur qui s’acharne à dessiner 10h par jour. L’idée, c’est d’abord devenir une personne rigoureuse, qui ne se donne aucune excuse et s’alloue au moins 10 minutes pour elle, pour progresser.


Une fois que tu auras intégré ce petit rituel à ton quotidien, tes sessions de dessin deviendront une habitude, comme un réflexe. Ce sera un moment privilégié où tu te concentreras uniquement sur ton apprentissage.


🕓 Bien-sûr, l’idéal sera d’augmenter ton temps d’entraînement en fonction de ton énergie et de ton emploi du temps.

Blocage 6 : Tu n'établis pas de processus à suivre

En général, on se lance corps et âme dans le dessin sans trop savoir ce qu’on fait. Il est extrêmement difficile avec toutes les ressources que nous offre internet de savoir par où commencer.


On attrape son crayon, on fixe sa feuille et on se paralyse. « Attends, mais comment je fais pour dessiner ça ? ». Sans ligne conductrice à suivre, on se lance de manière chaotique dans chaque dessin. Une belle prise de tête, n’est-ce pas ?

Au mieux, tu stagnes, au pire, tu te décourages. C’est comme vouloir grimper l’Everest en tongs. Il est absolument indispensable de s’équiper et d’établir une stratégie de progression.

💡 La solution : Établir un processus simple

L’idée va être de se tenir à des étapes simples que tu vas pouvoir te réapproprier. Pour mieux t’aider à comprendre, je vais te partager le processus qui m’a permis d’aborder facilement le dessin.


En réalisant un exemple concret ensemble, on va faire sauter ces 6 verrous et provoquer tes premiers progrès en 10 minutes.

Dessiner n'importe quoi : le processus à suivre pour mieux dessiner

🔸 Étape 1 : Le scarabée

Tu as désormais interdiction de regarder une quelconque photo de scarabées. Attrape une feuille de papier et dessine un scarabée de tête.


Si tu n’as aucune idée de comment faire : tant mieux. Comme dans notre exemple sur les objets bleus et rouges, on a déjà vu des scarabées mais ton cerveau a filtré tous les détails. Il ne se souvient que de l’idée globale de ce qu’est un scarabée.

scarabee

Ça y est, tu l’as dessiné ? Bien. Garde-le de côté et n’y touche plus. Maintenant, passons à l’étape suivante.

🔸 Étape 2 : Les références

Maintenant, on va partir à la recherche de références photos de scarabées.


Enregistre quelques photos sur ton ordinateur, si possible sous différents angles pour bien voir l’insecte sous toutes ses coutures.


Et hop, tu as constitué ton premier dossier de références.

🔸 Étape 3 : Étudier les formes

Maintenant que tu as enregistré tes photos de scarabée, on va prendre 5 minutes pour observer.


Dessine directement sur la photo pour comprendre chaque forme une à une et les décortiquer. 

L’idée n’est pas de décalquer mais d’explorer le corps de l’insecte en prenant des notes mentalement. Garde à l’esprit que tu es en train d’étudier, pas de réaliser une œuvre d’art. 

Prends le temps de regarder les proportions, les distances, les formes principales. Fais-le sur suffisamment de photos pour bien prendre le temps d’étudier ton insecte.

 

Ce n’est pas l’étape la plus rigolote, mais c’est la plus importante ! En prenant le temps d’étudier l’objet que tu souhaites dessiner, tu sauras ensuite le dessiner d’imagination.


C’est comme si tu l’enregistrais dans une banque d’images mentale que tu garderas avec toi à vie.

🔸 Étape 4 : Dessiner à partir d'une photo

L’heure est venue de pratiquer ! Prends une photo que tu as précédemment enregistrée et cette fois, dessine à côté. Grâce à l’étape précédente, on en sait déjà plus sur les scarabées.


Dessine simplement ce que tu vois en essayant de ne pas y passer plus de 10 minutes. Ne t’embête pas avec les détails, concentre-toi sur les formes principales et les proportions par rapport à ce que tu as appris juste avant.

🔸 Étape 5 : Dessin final

Ouf, dernière étape ! Utilise maintenant tes références pour dessiner ton scarabée dans une pose différente.  Par exemple, essaye de le dessiner du dessus. Comment faire concrètement ?


Maintenant qu’on a compris quelles formes composent notre scarabée, les références nous servent de pense-bête. On ne recopie plus mais on interprète à partir de ce qu’on a observé et étudié.


Le corps de notre scarabée ressemble à un rectangle. Sa tête fait à peu près 1/3 du corps. Ses pattes ont chacune deux articulations. Continue de l’étudier.

Mets maintenant toutes tes références de côté, et essaye à nouveau de dessiner ton scarabée de mémoire. Ensuite, compare ton premier dessin à ton dernier. Tu as réussi à progresser en 15 minutes, félicitations !


On voit inévitablement une différence entre le premier dessin et le dernier. La raison est simple : on a pris le temps d’étudier et d’observer comme il faut ce qu’on souhaitait dessiner.

On peut utiliser ce processus créatif pour absolument tout. Désormais, on est capable de mieux aborder n’importe quel dessin grâce à cette méthode simplifiée.

Conclusion

En faisant sauter tous ces verrous, on sera capable de booster nos progrès pour provoquer de réels résultats dans notre façon de dessiner.


Récapitulons les 6 blocages qui nous empêchent de progresser :

  • Blocage 1 : On pense qu’il faut du talent
  • Blocage 2 : On observe mal
  • Blocage 3 : On prête trop d’attention aux détails
  • Blocage 4 : Nos objectifs sont irréalistes
  • Blocage 5 : On n’est pas assez consistant dans ses efforts
  • Blocage 6 : On n’établit pas de processus à suivre


Il n’y a pas de secret. Le dessin n’est pas qu’une affaire de pratique et de technique. Le mental joue un grand rôle dans nos progrès. 

En travaillant sur nos croyances limitantes et en adoptant le bon état d’esprit, on sera capable d’atteindre des résultats qu’on n’oserait même pas imaginer. 

 

Il est indispensable de fêter chaque petite victoire qu’on rencontre dans notre apprentissage du dessin. On travaille aujourd’hui à devenir de meilleurs artistes

 

Persévère et profite du voyage, le dessin est largement à ta portée !

cœur

Enregistre l'article pour le garder sous la main !

En passant la souris sur l’image, tu peux directement enregistrer l’article sur ton compte Pinterest. Ça permet aussi de partager l’article à un plus grand nombre d’artistes en herbe !

Hey, merci pour ta lecture. L'article t'a plu ?

N’hésite pas à partager ton avis et ou me poser des questions directement dans l’espace commentaires. Connaître tes préférences me permettra de te proposer un contenu d’une qualité encore meilleure.

5 commentaires

Marie 3 septembre 2020 - 17h50

Bravo l’artiste !

Répondre
Zephy 3 septembre 2020 - 20h20

Merci Marie !

Répondre
emmanuel 26 mai 2022 - 12h25

merci pour l’article, je voudrais juste ajouter que le dessin c’est comme l’écriture, il faut apprendre l’alphabet. en dessin, cela veut dire apprendre à faire des traits, des formes simples. Dessiner passe avant tout par faire des exercices sur les lignes et les formes.

Nous ne pensons pas en symbole, mais en forme. Quand vous regarder un enfant, il fait des formes simples, baton, rond, oval. Pour info, un enfant ne voit pas les détails comme cela viendra à l’adolescence. Je dis souvent qu’il faut regarder comme un enfant pour apprendre à dessiner

Répondre
Adwa 30 mai 2022 - 19h30

merci beaucoup pour cette article il ma beaucoup aidé à comprendre et à apprendre je compte bien faire sauté tous les verrous 😅 💖

Répondre
Zephy 1 juin 2022 - 12h05

Avec grand plaisir, très heureuse que le contenu puisse aider ! 💪

Répondre

Répondre à Adwa Annuler la réponse

Prêt à propulser tes progrès en dessin ?

Hey, moi c’est Zephy ! Je suis formatrice en dessin et mon job consiste à aider les débutants en dessin à progresser efficacement.

Besoin d’un coup de main pour débloquer ton potentiel ?

Logo Zephy

Rejoins notre communauté d'artistes

Suis-nous sur Instagram pour ne rater aucun nouveaux tutos ! On te conçoit chaque mois du contenu inédit pour t’aider à progresser. 🚀

Une question ?

Envie de nous laisser un petit mot ou de nous poser une question ? N’hésite pas à nous écrire, nous serons ravis de te répondre. 💌

 

Zephy
coeur_like

Une question à
me poser ?